Initiales n° 04 – Initiales M.V.

La revue Initiales esquisse les contours d’une galerie de “portraits en creux” en s’organisant autour de “figures-source”, existantes ou fictives.

Le quatrième numéro de la revue s’intéresse à l’utopie “réalisée” de Monte Verità, première colonie artistique d’Europe et communauté “contre-culturelle” avant la lettre composée d’artistes, de mystiques et d’anarchistes qui attira Mikhaïl Bakounine, D.H. Lawrence, les Dadaïstes, Hermann Hesse, James Joyce, Isadora Duncan, Suzanne Perrottet, Paul Klee, Gerhart Hauptmann, Max Weber, Ernst Bloch, etc.

Initiales M.V. pour Monte Veritá, du nom de cette colline du canton du Tessin en Suisse où s’implanta, en 1900 et jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale, cette communauté d’artistes et anarchistes pré-hippie.
Un collectif donc, à rebours du travail de décryptage d’une figure unique, puisqu’ici, de l’écrivain Herman Hesse au pyschanalyste Otto Gross, en passant par Dalcroze et Laban, deux théoriciens de l’art chorégraphique, les danseuses Mary Wigman et Isadora Duncan ou encore l’économiste Max Weber, c’est toute une galerie de portraits qui s’offre à nous. Et autant de personnalités diverses, réunies temporairement, le temps d’un projet qui connaîtra ses heures de gloire avant une descente aux enfers parfois mal interprétée.
Autre enjeu majeur, la disparition relative de cet épisode qui échappa longtemps aux radars de l’histoire de l’art, jusqu’à sa redécouverte, à la fin des années 1970, par le commissaire d’exposition Harald Szeemann. Et donc une réflexion plus générale sur la question et la matérialité de l’archive. Installé à Tegna, à quelques kilomètres de Monte Veritá, Szeemann fondera successivement, en 1978, 1983 et 1987, trois musées documentant les vestiges de l’ancienne communauté – dont l’un d’entre eux, construit sur le site de l’ancienne Casa Anatta accueille depuis 1981 l’exposition permanente “Les Mamelles de la vérité”. Curateur et théroricien culte, Harald Szeemann sera l’une des figures à hanter ce projet éditorial. Le contexte politique, économique et idéologique de cette période, qui présente bien des similitudes avec notre époque, constituera également un angle de lecture.

Lancements, le 11 septembre à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris, le 16 septembre dans le cadre de la Biennale de la danse à Lyon, et le 17 septembre au Mamco à Genève.

This entry was posted on Friday, September 5Art, Periodicals. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.