Raphaël Zarka – Free Ride







Free Ride
Skateboard, mécanique galiléenne et formes simples
Raphaël Zarka

Pour un artiste comme Raphaël Zarka, le skate est avant tout une affaire de formes. Formes du repos, formes du mouvement, elles parcourent sourdement l’histoire de l’art et des sciences, de Galilée à Robert Morris. L’architecture urbaine, mais aussi les modules des skateparks, leur font étrangement écho. Quant à la pratique du skateboard, comme le montre La Conjonction interdite (2003), elle revient toujours à opérer une espèce de «montage» parmi la diversité de matières et de formes offertes par la ville, en dynamisant ou en déstabilisant les structures conçues pour le repos et le confort, au point d’en inverser les fonctions et le sens. (english version)

Free Ride. Skateboard, mécanique galiléenne et formes simples fait suite à Une journée sans vague. Chronologie lacunaire du skateboard, 1779-2009 et La Conjonction interdite. Notes sur le skateboard.
Contrairement à la plus grande partie des terrains de jeux ou de sports, les différents espaces fabriqués pour le skateboard ne sont jamais abstraits. La majorité des skateparks actuels, avec leurs mélanges de courbes, de plans inclinés et de volumes parallélépipédiques, synthétisent l’espace d’origine du skateboard, l’océan, et son lieu de naissance, la ville moderne. Accompagné de nombreux documents photographiques, ce texte est une visite guidée des espaces du skateboard. L’auteur en dresse une sorte de typologie formelle tout en constituant son archéologie, des appareils de mécanique galiléenne à l’histoire de la sculpture minimaliste dont les skateurs seraient les héritiers.

Présentation: 8 octobre 2011, 18h
Section 7 books, Paris

This entry was posted on Wednesday, September 28Art, Books. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.