GÉNÉRAL GÉNÉRAL GÉNÉRAL

GÉNÉRAL GÉNÉRAL GÉNÉRAL

Trois fois prononcé, le général convoque le particulier. Son genre est celui du redoublement (publication périodique à parution aléatoire). La multiplication bouleverse l’anodin, le remarquable se transforme dans la collection.

Général général général est un objet graphique de la famille des graphzines, des tracts, du manifeste, qui va par trois, comme les points de suspension, le rythme ternaire ou “heroes are heroes are heroes” de Manuel Joseph.
Comment faire du singulier en partant du générique? C’est en se fixant quelques contraintes (format A4, qualité d’impression noir et blanc, 36 pages et tirage reprograhique limité à 100 exemplaires) que ggg établit une loi de reproduction aussi bien qu’une règle de diffusion.

Y sont invités des artistes trop vus, mal vus, pas assez vus, que la contrainte oblige à l’inédit. L’illustrateur Guillaume Dégé, le photographe Renaud Monfourny, l’artiste post-punk Nina Childress, l’artiste graphique Julien Carreyn, le compositeur d’ondes Martenot Claude-Samuel Lévine, et enfin le designer graphique Christophe Jacquet (qui signe les six derniers numéros, produits par JBA) ont-ils un gène commun ? Et d’abord, c’est quoi le singulier de Général général général ?
Général général général met à plat le travail de ses invités, avec sa forme par défaut, exclue le texte de l’objet imprimé, le réservant à son site internet.

25 mai – 1er juin 2011
conférence 25 mai, 19 h
CNEAI DE PARIS, Paris

This entry was posted on Monday, May 16Books, Graphic Design, Illustration, Photography. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.